Comment bien parler en public ?

Parler en public est, parait-il, l'une des plus grandes peurs de l’être humain

Parler en public est, parait-il, une des plus grandes peurs de l’être humain.

Être éloquent ou charismatique n’est pas quelque chose d’inné, cela s’apprend, chacun peut devenir un orateur talentueux avec de l’entraînement et l’application de quelques techniques simples, et cela quel que soit votre niveau d’études.

La peur de parler en public peut totalement être dépassée en développant la confiance en soi.

Parler en public peut être terrifiant pour plusieurs d’entre nous. Même les grands leaders du monde du business ont fait part de leur crainte de s’adresser directement à un public. Mais ils ont su surmonter leur crainte et réussissent aujourd’hui à bien gérer les défis qui viennent avec la communication devant un grand groupe.

Bien communiquer est un élément essentiel au succès et savoir faire une présentation ou un discours en fait invariablement partie. Dans votre carrière, vous serez probablement appeler à prendre la parole devant un public. Il est certain que nous n’avons pas tous un talent extraodinaire d’orateur, mais voyons comment développer la prise de parole en public peut vous faire avancer.

On a tendance à s’imaginer que l’éloquence est un don, que l’on est ou pas un bon orateur. La réalité, c’est que comme pour tout, on ne naît pas compétent, on le devient.

L’éloquence n’est pas un art, réservé à une élite, mais une technique accessible à chacun.

Développer sa confiance en soi est le B.A.-ba, le fondement d'une certaine aisance relationnelle et plus généralement d'une communication interpersonnelle épanouie.

Pour être à l'aise avec autrui, il faut avant tout être à l'aise avec vous-même. Pour cela, il est nécessaire de savoir vous détacher du regard des autres et regagner votre propre confiance .

Travailler votre affirmation de soi : quels sont vos points forts ? Quelles sont les qualités sur lesquelles vous pouvez vous appuyer sans hésiter ? Listez vos petites et grandes réussites : elles sont autant d'appuis qui vous aideront à regagner confiance en vous. Laissez-vous le droit à l'erreur : c'est ainsi que l'on apprend. Commencez par oser prendre la parole lorsque vous vous sentez à l'aise avec vos interlocuteurs. Procédez par petites touches. Vous apprécierez de plus en plus le challenge et vous vous lancerez de plus gros défis oratoires.

Si vous doutez de vous-même ou paraissez peu sûr de vous, vos interlocuteurs le percevront et seront réticents avant même que vous n'ayez ouvert la bouche. Prudence de leur part, que vous percevrez à votre tour et qui ébranlera davantage votre confiance. Le cercle vicieux est en marche.

A la fois ennemi redouté et meilleur allié des comédiens et autres orateurs, le trac généré par une prise de parole en public est l’expression d’une peur de décevoir. Appréhender une présentation en public est plutôt bon signe !

Néanmoins, il est essentiel d' apprivoiser ses peurs afin de ne conserver que le "bon" stress, celui qui agit comme un moteur et non comme un frein.

Entrez dans la peau de votre personnage et jouez-le comme si c’était un rôle (c’en est un!). Voilà un moyen qu’utilisent les meilleurs artistes avant un spectacle, les meilleurs communicateurs avant de parler en public, les meilleurs professeurs avant d’entrer en classe, les plus grands athlètes avant une compétition. Ne cherchez pas à être charismatique, soyez juste vous-même.

Préparer sa prise de parole

On ne devient pas un bon orateur du jour au lendemain. Cela demande un minimum d'entrainement. Notamment lorsque la timidité est l'un de nos traits de caractère.

Pour que votre message passe, vous devez travailler certains aspects de la prise de parole en public, bien avant le jour J afin de les maîtriser parfaitement.

Une bonne préparation doit répondre à plusieurs impératifs. Tout d’abord, n’essayez jamais d’apprendre votre texte par coeur, c’est le plus sûr moyen d’échouer.

Ensuite, il est essentiel d’organiser vos idées et pour cela, faites des fiches qui une fois classées, constitueront le plan de votre exposé. Il est évident qu’une partie de la confiance qu’éprouvera un auditoire envers vous, repose dans sa reconnaissance de vos compétences. Sachez que les plaisanteries, ne réussissent jamais bien longtemps à camoufler un contenu pauvre. Vous voulez que votre discours soit fluide et intéressant ? Alors, prenez le temps de bien le préparer. Si, à votre inconfort, vous rajoutez la difficulté de ne pas savoir ce que vous allez dire, vous ne vous en sortirez pas. Préparez votre discours si bien que vous ne perdrez pas le fil et que vous serez capable de répondre à n'importe quelle question qui surviendra.

Faites votre conférence dans votre salon et filmez-vous, ne serait-ce qu’avec votre téléphone portable. Assistez à plusieurs conférences (ou regardez-les sur votre ordinateur ou votre liseuse numérique) et observez ce que fait l’orateur.

Trouver une accroche

Il n’y a rien de plus ennuyeux qu’un orateur qui commence par : « Bonjour, je suis untel et je viens vous parler de… ». Cassez cette monotonie en accrochant votre auditoire dès le début !

Évitez ainsi d'employer des mots qui dénoncent un certain doute de votre part quant à ce que vous exprimez. Dès vos premiers mots, vous devez accrocher votre auditoire et l’intéresser. Vous veillerez à garder cet intérêt jusqu'à votre tout dernier mot ! Ici réside l'art de convaincre !

Travaillez votre articulation

Bien s'exprimer et bien se faire comprendre, c'est important pour réussir sa prise de parole en public. Une méthode simple mais essentielle, c'est de parler suffisamment fort et travailler son articulation. Parce que si vous mâchez vos mots, parler fort ne vous servira à rien. Quelques exercices d'articulation tous les jours vous permettront avoir une diction plus nette et plus précise.

  • Répétez quelques phrases simples mais compliquées à prononcer.
  • Augmentez la difficulté en prononçant ces mêmes phrases avec un stylo entre vos dents.

Lorsqu'on n'est pas à l'aise devant un auditoire, on peut avoir tendance à parler sans arrêt. Là encore, il s'agit d'une tendance naturelle. Pourtant, savoir se taire et faire une pause, c'est un excellent moyen d'aider votre public à intégrer votre propos. Accessoirement, un silence bien placé permet aussi d'appuyer votre message.

Prenez le temps de pratiquer à voix haute jusqu’à ce que vous soyez à l’aise avec votre déroulement. Faites comme si vous donniez vraiment une conférence, à voix haute, comme si vous aviez un auditoire devant vous. Cela vous permettra de mettre les mots bien en bouche, (c’est très différent de lire un texte dans sa tête et de le livrer à voix haute), de vérifier la logique de sa présentation, de mesurer si son contenu entre dans le temps alloué et de faire les changements nécessaires. Puis, la refaire une deuxième et parfois une troisième fois d’un bout à l’autre.

S’entraîner encore et encore, la clé de la réussite !

Réagir aux aléas d'une intervention en public

Bafouillage, trou de mémoire, tremblote, lapsus... Nul n'est à l'abri d'un petit - ou grand - moment de panique devant un auditoire. Il est important d'apprendre à réagir en de telles circonstances.
Vos mains tremblent au moment de votre prise de parole ? Apprenez que ce n'est pas systématiquement visible par l'assemblée. Une astuce si vous souhaitez toutefois garder un aide-mémoire en main et redoutez la tremblote : utilisez du papier cartonné. Le tremblement sera moins perceptible. Vous bafouillez ? Venez de faire un lapsus embarrassant ? Soyez spontané. L'humour, notamment l'autodérision, est bien souvent efficace, car cela permet de détendre l'atmosphère.

Travailler son langage non verbal

La gestuelle, les attitudes, l'intonation, les regards et autres sont tout aussi importants que les mots employés dans un discours. Il est donc essentiel de savoir travailler votre communication non verbale avant de vous jeter dans la fosse aux lions !
Vous veillerez notamment, lors de votre intervention à :

  • garder les 2 pieds bien ancrés au sol : évitez de vous reposer sur une seule jambe, cela évoque inconsciemment à vos interlocuteurs une certaine fragilité, un manque de confiance en soi - et donc une crédibilité diminuée.
  • rester libre et confiant dans votre posture : si vous parlez devant un pupitre, évitez de vous accrocher à ce dernier, pour les mêmes raisons que cité ci-dessus.
  • regarder l'ensemble de votre public : tout en accrochant quelques regards que vous sentez "captés et bienveillants". Balayez régulièrement l'assemblée du regard afin que chacun se sente important et concerné par votre message.
  • enlever les mains de vos poches : si ce réflexe s’avère relativement courant lorsque l'on est mal à l'aise devant un public, il reste toutefois pour l'auditoire un signe de "faiblesse" et induit rapidement - et tout aussi inconsciemment - un doute quant à la crédibilité de l'orateur.
  • parler clairement et suffisamment fort pour être entendu de tous : cette évidence demande parfois de gros efforts de la part du communicateur.

Avant d’entrer en scène, tenez-vous de la même façon que se tiendrait un conférencier d’expérience, totalement confiant en ses moyens.. Respirez comme si vous étiez complètement motivé, confiant… Jouez ensuite avec les muscles de votre visage, souriez et prenez l’expression que vous auriez si vous aviez une confiance en vous inébranlable… Maintenant, entrez dans la pièce de la même démarche que le ferait un conférencier sûr de ses moyens, confiant, parfaitement motivé…Mettez dans votre regard l’étincelle de la parfaite confiance en soi.

Ce que vous dites est essentiel. Mais une grande partie de votre communication passe par le non-verbal. Il est donc essentiel que vous veillez à votre allure et à votre posture. Le psychologue A. Mehrabian affirmait que seulement 7% du message passe par les mots.

Clôturer son pitch

Tout comme l'accroche est importante, les derniers mots que vous prononcerez seront parmi ceux que votre auditoire gardera le plus en tête. Prenez ainsi soin de terminer votre pitch de manière positive et invitante.

Conclusion

La prise de parole en public est une épreuve réellement impressionnante si on ne l'aime pas. Pourtant, elle est facile à maîtriser si vous la préparez correctement et si vous la pratiquez un minimum

Ne vous en faites pas si vos premières interventions ne sont pas extraordinaires. Tirez des leçons de vos erreurs et renforcez vos points forts. Avec une pratique régulière et l'utilisation des méthodes de cet article, vous finirez par devenir un as de la prise de parole en public. Quelles que soient les circonstances.
Trouvez les bons mots, la bonne gestuelle, le bon regard, la bonne respiration pour appuyer et transmettre votre opinion ; montrez-vous exemplaire pour susciter l'imitation. Depuis vingt ans, les neurosciences ont mis en évidence l'existence dans le cerveau de neurones-miroir qui ont la capacité de se mettre en connexion avec autrui dès que celui-ci agit, au point qu'on se voit agir à sa place et ressentir ce qu'il ressent. Un atout considérable dans la persuasion.

Ayant moi-même une formation universitaire, j’ai eu d’énormes difficultés à parler simple, concret et imagé. Et il m’a fallu désapprendre ce que j’avais appris à l’école puis à la fac. La poursuite d’études universitaires nécessite un esprit de synthèse et l’habitude de jongler avec différents concepts. Or cette pensée abstraite et théorique peut rendre le langage souvent éloigné du vivant. Sans parler du vocabulaire employé, souvent spécifique et technique, et difficilement compréhensible par tous

Lancez-vous ! C’est en pratiquant que vous deviendrez excellent. Si je revoyais mes premières rencontres en public, probablement que je me trouverais très moyen. Mais après chaque rencontre, après avoir évalué ce qui avait bien fonctionné, je trouvais une ou deux choses qui n’avaient pas fonctionné à mon goût. Puis, avant la rencontre suivante, je me demandais comment je pourrais améliorer au moins l’une d’elles. C’est toujours ainsi qu’on améliore les choses, un pas à la fois. Encore faut-il se jeter à l’eau….

photo d'un achat en caisse

Rejoignez gratuitement notre formation pour devenir un entrepreneur à succès